[Retour]

Et pourtant, elle tourne! Aux origines de l'astronomie moderne

Les origines de l’astronomie remontent à l’Antiquité. Science naturelle de l’observation des astres, elle cherche à en expliquer l’origine, leur évolution et leur influence. La mécanique céleste, discipline proche, renvoie plutôt, quant à elle, au mouvement des astres, à l’aide de théories physiques et mathétiques.

A la fin du Moyen Âge, les connaissances autour de ces disciplines en Europe sont largement héritées des savants grecs de l’Antiquité, Aristote et Ptolémée en tête. Méconnus de l’Occident latin jusqu’au XIIe siècle, leurs textes sont redécouverts ensuite par le biais de leurs traductions arabes. L’astronomie fait dès lors l’objet d’un regain d’intérêt dans un contexte où les universités naissent un peu partout en Europe.

Quatre siècles plus tard, l’avènement de l’astronomie moderne est attribuée à Copernic qui publie, en 1543 son fameux De revolutionibus. Dans son sillage, autant de grands noms du monde scientifique démontreront la théorie héliocentriste et développeront, par calcul et par expérience, les autres grands principes qui fondent l’astronomie et la physique contemporaine : Galilée, Tycho Brahé, Johannes Kepler, Gassendi…

La révolution copernicienne et le développement de la science moderne sont aidés par la diffusion massive de l’imprimé en Europe. Certains de ces imprimés ont traversé le temps et peuplent encore aujourd’hui les rayons de nos réserves précieuses. En voici quelques exemples…

 

Info pratique : la version numérisée des ouvrages est également accessible dans le catalogue des bibliothèques, sous l'onglet "Plus d'infos" pour chacun des documents concernés.

 

Les fondateurs de l'astronomie moderne

 

Nicolas Copernic (1473-1543) est un chanoine et astronome polonais. Il étudie dans sa jeunesse le droit canon à l’Université de Bologne où il suit en parallèle les cours d’astronomie de Domenico Maria Novara. Après avoir enseigné les mathématiques quelques années, il rentre en Pologne où il devient chanoine de Frauenburg, tout en poursuivant ses recherches en astronomie. Son œuvre principale dans ce domaine, De revolutionibus orbium coelestium, est imprimée à Nuremberg en 1543, l’année de sa mort. Cette œuvre est à l’origine de la révolution dite « copernicienne » : le système antique héliocentriste cède place au géocentrisme. Sa théorie restera cependant la risée de la plupart des savants durant près d’un siècle, avant d’être reconnue comme vraie. (plus d'infos)

Copernic, Nicolas. De revolutionibus orbium coelestium : libri VI., Venetiis : Apud Thomam Baglionum , 1543.
Téléchargez le volume complet  - Retrouvez le document dans nos collections

Tycho Brahé (1546-1601) est un astronome danois. Après une première formation en philosophie, il décide de suivre un enseignement en astronomie, dans différentes universités (Leipzig,  Wittenberg, Rostock…). Dès 1563, ses observations du ciel le mènent à des découvertes importantes l’amenant à revoir les tables astronomiques de l’époque. En 1572, il observe le phénomène d’une supernova, la création d’une étoile : cette découverte bouleverse le concept aristotélicien d’immuabilité des cieux. Il réfutera par la suite l’héliocentrisme, tout en refusant les systèmes de Copernic et de Ptolémée. Il propose en 1588 un système hybride, où les planètes accompagnent le Soleil dans sa révolution autour de la Terre immobile. (plus d'infos)

Brahe, Tycho, Astronomiae instauratae mechanica, Noribergae : Apud Levinum Hulsium, 1602. 
Téléchargez le volume complet  - Retrouvez le document dans nos collections
 
Brahe, Tycho, Operum primitias De nova stella.
Consultez le document en ligne - Retrouvez le document dans nos collections
 
 
 

De son vrai nom Galileo Galilei, Galilée (1564-1642) est un astronome et physicien italien. Il étudie la philosophie et les mathématiques à l’Université de Pise. Dès l’âge de 19 ans, il effectue ses premières observations qui lui permettront de poser les lois de la chute des corps. Il poursuit ces développements à l’Université de Padoue, où il enseigne les mathématiques. Galilée ne se limite cependant pas au domaine de la physique : l’optique l’intéresse également. Il met au point une lunette qui porte son nom, lui permettant d’observer les astres. Ces nouvelles observations portent sur la Lune, les satellites de Jupiter et l’anneau de Saturne, qu’il découvre. Ces nouveautés l’amènent à confirmer les théories de Copernic. Ses découvertes, son succès et sa détermination le mèneront cependant à sa perte : son système est déclaré absurde et hérétique en 1616 puis fait l’objet d’un procès en 1633 où il est condamné à abjurer sa doctrine. Il mourra de vieillesse neuf ans plus tard.

  • Galilei, Galileo, Systema cosmicum, Authore Galilaeo Galilaei Lynceo, Academiae Pisanae Mathematico extraordinario, serenissimi Magni-Ducis Hetruriae Philosopho et Mathematico Primario : In quo Quatuor Dialogis, De Duobus Maximis Mundi Systematibus, Ptolemaico & Copernicano, Utriusq; rationibus Philosophicis ac Naturalibus indefinite proposiris, differitur. Ex Italica Lingua Latine conversum [per Matthiam Berneggerum] Accessit Appendix gemina, qua SS. Scripturae dicta cum Terrae mobilitate conciliantur, Augustae Treboc : Impensis Elzeviriorum, 1635.
Téléchargez le volume complet  - Retrouvez le document dans nos collections
 
  • Galilei, Galileo. Sidereus nuncius magna, longeque admirabilia spectacula pandens, suspiciendaque proponens unicuique, praesertim vero philosophis, atq astronomis, quae à Galileo Galileo patritio florentino patavini gymnasii publico mathematico perspicilli nuper à se reperti beneficio sunt observata in lunae facie, fixis in numeris, lacteo circulo, stellis nebulosis, apprime vero in quatuor planetis circa iovis stellam disparibus intervallis, atque periodis, celeritate mirabili circumuolutis ; quos, nemini in hanc usque diem cognitos, novissimè author depraehendit primus ; atque medicea sidera nuncupandos decrevit, Venetiis : Apud Thomam Baglionum, 1610.
Téléchargez le volume complet  - Retrouvez le document dans nos collections

 

 

Johannes Kepler (1571-1630) est un astronome allemand, contemporain de Galilée. Après avoir suivi un enseignement au séminaire, il poursuit sa formation à l’Université de Tübingen. Son professeur d’astronomie est un prudent défenseur de Copernic et lui enseigne ses théories. Il enseigne lui-même les mathématiques durant plusieurs années, avant de devenir l’assistant de Tycho Brahé, à Prague. Il lui succède en 1601 comme astronome de l’empereur Rodolphe II. Partisan de l’héliocentrisme, Kepler appuiera dans ses publications la représentation copernicienne du monde. Par calcul, il parvient à déterminer le caractère elliptique du mouvement des planètes. Il pose alors les trois lois qui portent son nom. Ces lois du mouvement des planètes en ont fait l’un des pères fondateurs de l’astronomie moderne, quoique leur accueil par le monde scientifique soit à l’époque mitigé. C’est Newton qui leur donnera toute leur importance, en démontrant leur portée beaucoup plus générale.

  • Kepler, Johannes, Tabulae rudolphinae quibus astronomicae scientiae temporum longinquitate collapsae restauratio continetur a... Tychone, Ulmae : Typis J. Saurii, 1627.

Consultez le document en ligne - Retrouvez le document dans nos collections

  • Kepler, Johannes, Joannis Kepleri S. Caes. Majest. Mathematici De Iesu Christi servatoris nostri vero anno natalitio, consideratio novisssimae sententiae Laurentii suslygae Poloni, quatuor annos in usitatam epocham desiderantis. Francofurti : In Officina typographica Richteri, 1606.

Consultez le document en ligne - Retrouvez le document dans nos collections

  • Kepler, Johannes, Ioannis Kepleri ... strena sev de nive sexangula, Francofurti ad Moenum : apud Godefridum Tampach, 1611.

Consultez le document en ligne - Retrouvez le document dans nos collections

  • Kepler, Johannes, Nova stereometria doliorum vinariorum, in primis Austriaci, figurae omnium aptissimae; et usus in eo virgae cubicae compendiosissimus & plane singularis : Accessit Stereometriae archimedeae supplementum, Lincii : excudebat Ioannes Plancus, sumptibus authoris, 1615. 

Consultez le document en ligne - Retrouvez le document dans nos collections

  • Kepler, Johannes, Joh. Keppleri mathematici olim imperatorii sommium seu opus posthumum de astronomia lunari divulgatum à M. Ludovico Kepplero filio, medicinæ candidato, Pologne : Sagan, 1634.

Téléchargez le volume complet - Retrouvez le document dans nos collections

 

Quelques ouvrages, enfin, sur le rentissement des recherches de ces fondateurs dans le monde scientifique de l'époque :

 

  • Le Lorrain de Vallemont, Pierre. La Sphère du monde selon l'hypothèse de Copernic presentee au Roy, décrite, démontrée & comparée avec les Sphéres & les sytèmes de Ptolomee & de Tycho-Brahee. 1707.

Téléchargez le volume complet - Retrouvez le document dans nos collections

  • Monchamps, George, Galilée et la Belgique : essai historique sur les vicissitudes du système de Copernic en Belgique : Galilée et la Belgique avant les condamnations de 1616 et 1633 : publications en Belgique de la condamnation de 1633 : les deux procès de van Velden : le système de Copernic au Séminaire de Liège, Saint-Trond : Impr.-libr. G. Moreau-Schouberechts, 1892.

Téléchargez le volume complet  - Retrouvez le document dans nos collections

  • Stevart, Armand, Copernic et Galilée devant l'Université de Louvain : procès de Martin-Etienne van Velden, Liège : Vaillant-Carmanne, 1891.

Téléchargez le volume complet  - Retrouvez le document dans nos collections

                                                      

 

La cosmographie

La cosmographie est une description générale de l'univers. Les pères fondateurs de l'astronomie moderne remettent en question la représentation de l'univers connue et transmise jusqu'alors. Le monde scientifique est en ébullition et plusieurs autres chercheurs des 16e et 17e siècle apporteront leur pierre à l'édifice de cette discipline en pleine révolution, par leurs propres descriptions de l'univers, appuyant ou non le système copernicien.

  • Apian, Petrus. Cosmographie ou descripton des quatre parties du Monde, contenant la Situation, Division et Estendue de chascune Region et Province d'icelles, escrite en Latin par Pierre Apian. Corrigée et augmentée par Gemma Frison... avec plusieurs autres Traitez concernans la mesme matière, composez par le susdit Gemma Frison et autres Autheurs nouvellement traduits en langue Françoise, Anvers : Jean Withage, 1581.
Téléchargez le volume complet  - Retrouvez le document dans nos collections
 
  • Boileau De Bouillon, Gilles. La sphere des deux mondes, Anvers : I. Richart, 1555.
Téléchargez le volume complet  - Retrouvez le document dans nos collections
 
  • Du Monin, Jan-Édouard. L'uranologie, ou Le ciel : contenant, outre l'ordinaire doctrine de la sphaere, plusieurs beaus discours dignes de tout gentil esprit..., Paris : G. Julien, 1583 .
Consultez le document en ligne - Retrouvez le document dans nos collections
 
  • Finé Oronce. La theorique des cieulx et sept planetes, avecleurs mouvements, ordres & disposition tres utile & necessaire tant pour l'usage & practique des tables astronomiques, que pour la cognoissance de l'université de ce hault monde celeste, Paris : Guillaume Cavellat, 1557.
Téléchargez le volume complet  - Retrouvez le document dans nos collections
 
  • Gougeon, Louis, Cosmographie ou traité de la sphère du monde universel. Contenant une exacte description & de denombrement de toutes les Parties de la région Etherée & Elémentaire, avec un traité succint de l'Horlogéogarphie, le tout suivi d'une géographie, Géométrique & Historique... à l'usage & en ferveur de Messieurs les Cadets Gentilhommes de l'Ecole Royalle de Longuy, Liège : Jean François Bronckart, 1645.
Téléchargez le volume complet  - Retrouvez le document dans nos collections
 
  • Münster, Sebastian, La cosmographie universelle de tout le monde (...), Paris : Michel Sonnius, 1575. 

Téléchargez le volume complet  - Retrouvez le document dans nos collections

 

Les textes classiques

Si la révolution copernicienne a pu avoir lieu, c'est en partie grâce à la diffusion en Europe de l'imprimé aux 15e et 16e siècles. Les textes antiques concernant l'astronomie (Aristote, Ptolémée...) étaient restés méconnus de l'Occident médiéval jusqu'au 12e siècle environ. A cette époque, ces textes antiques parviennent finalement en Europe par le biais de leur traduction arabe. Certains traducteurs occidentaux, comme Jean de Séville, les traduisent à leur tour en latin. Enfin, quatre siècles plus tard, l'imprimerie concourt à la diffusion massive de ces oeuvres à travers les milieux intellectuels. Les astronomes modernes avaient tous eu connaissance de ces textes, les avaient lu avant de les remettre en question à la lumière d'observations, expériences et calculs nouveaux.

  • Aratus. ΑΡΑΤΟΥ ΣΟΛΕΩΣ ΦΑΙΝΟΜΕΝΑ ΚΑΙ διοσημεια. ΘΕΩΝΩΣ ΣΧΟΛΙΑ. ΛΕΟΝΤΙΟΥ ΜΗΧΑΝΙΚΟΥ περι αρατειας σφαιρας = Aratou Soleōs Phainomena kai Diosēmeia. Theōnos scholia Leontiou mēchanikou peri arateias sphairas. 1559. Contenu dans un varia
Téléchargez le texte complet  - Retrouvez le document dans nos collections
 
  • Aratus. Arati Solensis Phænomena, et prognostica, interpretibus, M. Tullio Cicerone. Rufo Festo Auieno, Germanico Cæsare, vna cum eius commentarijs. C. Ivlii Hygini Astronomicon. Omnia partim è vetustis codicibus, partim è locorum collatione emendata, & emendatorum ratio exposita. 1559. Contenu dans un varia.
Téléchargez le texte complet  - Retrouvez le document dans nos collections
 
  • de Séville, Jean. Epitome totius astrologiae, conscripta a Ioanne Hispalensi Hispano Astrologo celeberrimo, ante annos quadringentos, Ac nunc primum in lucem edita. Cum praefatione Ioachimi Helleri Leucopetraei, contra Astrologiae adversarios, Noribergae : In officina Ioannis Montani, e Ulrici Neuber, 1548.
Téléchargez le volume complet - Retrouvez le document dans nos collections
 
  • Ptolémée, Claude, État des étoiles fixes au second siècle, par Claude Ptolémée, comparé à la position des mêmes étoiles en 1786, avec le texte grec et la traduction française, Strasbourg : à la librairie académique 1787.
Téléchargez le volume complet  - Retrouvez le document dans nos collections